Folies hystériques et psychoses dissociatives par Jean-Claude Maleval

Folies hystériques et psychoses dissociatives

Titre de livre: Folies hystériques et psychoses dissociatives

Éditeur: Payot

ISBN: 2228883492

Auteur: Jean-Claude Maleval


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean-Claude Maleval avec Folies hystériques et psychoses dissociatives

Les tentatives de Freud pour fonder une clinique psychanalytique originale en psychiatrie sont restées à l'état d'ébauche. Cependant, un pas décisif a été fait à cet égard en 1957 quand Lacan construisit le concept de forclusion du Nom-du-Père. Si l'on considère que celui-ci permet de cerner la structure de la psychose, il apparaît que les acceptions psychiatriques et psychanalytiques de ces termes ont cessé de coïncider. Lorsque la forclusion du Nom-du-Père n'est plus conçue comme une référence verbale au supposé savoir de Lacan, on s'aperçoit que ses manifestations cliniques ne se décèlent pas chez maints sujets pourtant délirants. Dès lors, comment appréhender ces derniers ? Les confondre dans le magma de " la psychose ", ou de " la schizophrénie ", n'est-il pas lourd de conséquences néfastes quant à l'attitude des soignants ? C'est pourquoi il paraît nécessaire d'isoler les délires oniriques, en lesquels rien n'est forclos, et grâce auxquels l'abord psychothérapeutique connaît parfois de remarquables succès. La réhabilitation du concept de folie hystérique, injustement escamoté, trouve ici sa place. Le prendre en compte ouvre la problématique de la conduite différentielle de la cure des psychotiques et des hystériques délirants. Méconnaître l'intérêt de cette distinction au profit d'une position anti-nosologique sommaire s'avère souvent à l'origine de conséquences fâcheuses. C'est à une déconstruction de la Révélation Kraepelinienne, et non à une broderie en ses marges, que l'approche psychanalytique cherche ici à s'attacher. A contre-courant de la dégradation sémio-biologisante du regard clinique miné par la vogue des cliniques du médicament et du comportement.

Livres connexes

Les tentatives de Freud pour fonder une clinique psychanalytique originale en psychiatrie sont restées à l'état d'ébauche. Cependant, un pas décisif a été fait à cet égard en 1957 quand Lacan construisit le concept de forclusion du Nom-du-Père. Si l'on considère que celui-ci permet de cerner la structure de la psychose, il apparaît que les acceptions psychiatriques et psychanalytiques de ces termes ont cessé de coïncider. Lorsque la forclusion du Nom-du-Père n'est plus conçue comme une référence verbale au supposé savoir de Lacan, on s'aperçoit que ses manifestations cliniques ne se décèlent pas chez maints sujets pourtant délirants. Dès lors, comment appréhender ces derniers ? Les confondre dans le magma de " la psychose ", ou de " la schizophrénie ", n'est-il pas lourd de conséquences néfastes quant à l'attitude des soignants ? C'est pourquoi il paraît nécessaire d'isoler les délires oniriques, en lesquels rien n'est forclos, et grâce auxquels l'abord psychothérapeutique connaît parfois de remarquables succès. La réhabilitation du concept de folie hystérique, injustement escamoté, trouve ici sa place. Le prendre en compte ouvre la problématique de la conduite différentielle de la cure des psychotiques et des hystériques délirants. Méconnaître l'intérêt de cette distinction au profit d'une position anti-nosologique sommaire s'avère souvent à l'origine de conséquences fâcheuses. C'est à une déconstruction de la Révélation Kraepelinienne, et non à une broderie en ses marges, que l'approche psychanalytique cherche ici à s'attacher. A contre-courant de la dégradation sémio-biologisante du regard clinique miné par la vogue des cliniques du médicament et du comportement.Les tentatives de Freud pour fonder une clinique psychanalytique originale en psychiatrie sont restées à l'état d'ébauche. Cependant, un pas décisif a été fait à cet égard en 1957 quand Lacan construisit le concept de forclusion du Nom-du-Père. Si l'on considère que celui-ci permet de cerner la structure de la psychose, il apparaît que les acceptions psychiatriques et psychanalytiques de ces termes ont cessé de coïncider. Lorsque la forclusion du Nom-du-Père n'est plus conçue comme une référence verbale au supposé savoir de Lacan, on s'aperçoit que ses manifestations cliniques ne se décèlent pas chez maints sujets pourtant délirants. Dès lors, comment appréhender ces derniers ? Les confondre dans le magma de " la psychose ", ou de " la schizophrénie ", n'est-il pas lourd de conséquences néfastes quant à l'attitude des soignants ? C'est pourquoi il paraît nécessaire d'isoler les délires oniriques, en lesquels rien n'est forclos, et grâce auxquels l'abord psychothérapeutique connaît parfois de remarquables succès. La réhabilitation du concept de folie hystérique, injustement escamoté, trouve ici sa place. Le prendre en compte ouvre la problématique de la conduite différentielle de la cure des psychotiques et des hystériques délirants. Méconnaître l'intérêt de cette distinction au profit d'une position anti-nosologique sommaire s'avère souvent à l'origine de conséquences fâcheuses. C'est à une déconstruction de la Révélation Kraepelinienne, et non à une broderie en ses marges, que l'approche psychanalytique cherche ici à s'attacher. A contre-courant de la dégradation sémio-biologisante du regard clinique miné par la vogue des cliniques du médicament et du comportement.